27 février 2008

@ réagissez aux programmes de 2p2l ...

2P2L ouvre une fenêtre de dialogue sur le oueb ! Bientôt le détail de nos productions audiovisuelles, la vie d'une boîte de prod' décryptée, les réponses à toutes les questions que vous vous posez... De la genèse d'une émission, d'un doc' ou d'une fiction à sa diffusion, vous saurez tout des étapes de créations et des joyeux trublions qui réinventent et renouvellent sans cesse la p'tite lucarne de votre salon ! Rendez vous fin février pour son lancement...En attendant pour un aperçu de 2p2l cliquez dont sur ça

A très bientôt !

Posté par 2p2lblog à 19:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur @ réagissez aux programmes de 2p2l ...

    Au-delà... de l'apparence

    et au-delà de l’image

    Bonjour ! Je sais bien qu’un blog n’est pas vraiment destiné à l’expression d’une longue analyse, mais pourtant, là, il n’est pas question de faire court…
    Ayant expédié un mailing des 900 adresses de mon fichier pour annoncer la passage de » Kilimandjaro » sur TF1, j'ai eu en retour bien sûr quelques réactions intéressantes diverses et variées. Déjà quelques-uns m’ont dit qu’ils allaient « pour une fois » regarder TF1, qui n’est pas leur chaîne préférée !…

    En général, l'accueil fait au sujet et au film, a été bienveillant. Puis selon l’ouverture d’esprit, la maturité et l’expérience personnelle, les choses se sont modulées, affinées. Certains ont trouvé le sujet « très beau, très bien filmé et très bien traité sans voyeurisme avec beaucoup de simplicité ». D’autres ont trouvé l’accroche (bande-annonce et générique de début) et le traitement, « trop dramatisant, la voix off trop présente, répétitive, dérangeante », ils auraient aimé plus de silence qui aurait permis d’être encore plus proche du groupe, « ils n’avaient pas besoin de cette voix pour comprendre l’enjeu de cette montée, les regarder et les écouter suffisait ». Ensuite, les gens aimeraient en savoir plus sur comment on a choisi ces 10 personnes, si vous avez été conseillés par des spécialistes du handicap, si TF1 a fait pression sur vous justement sur la façon de présenter le film.
    Peut-être faudrait-il faire une suite avec « making of » et Bonus avec les avis personnels après coup, des membres du groupe, y compris leurs guides et leurs médecins, sur cette expérience et sur le film lui-même, et ce que ça a changé dans leur vie ou non.
    Je reprends les questions: comment a été fait « le casting de Kili », « comment on les a choisis entre autres handicapés », « à propos de leur gueules aussi, car ils sont tous beaux », et s'il y a eu des scènes « montées » comme par exemple: « la haie des porteurs, l 'africain malade qu'on redescend en civière, certaines chutes, peurs simulées ou non ? ».. Les gens n’aiment pas trop qu’on manipule leur émotion. Ils savent bien qu’on « monte » un sujet qu’on « le met en scène » mais ils ne veulent pas qu’on les prenne pour des imbéciles, ils veulent désormais des garanties-béton car tout est soupçonnable!... Difficile de tout concilier, n’est-ce pas ?! ;o)
    Le problème de fond est que la majorité des gens a désormais du mal à faire la différence entre la télé-réalité et la « vraie vie », il règne une confusion énorme et dans tous les domaines. Ils craignent de se faire mystifier, manipuler. Les jeux télé-réalité, les docs les journaux d’infos présentés comme des films, la « pipolisation », l’absence de qualité et de beauté dans une vie quotidienne dure où tout est combat stérile, la possibilité pour tous de filmer n’importe quoi, n’importe quand et n’importe comment, le fait de parler à tort et à travers en usurpant le sens profond des mots, tout cela a envahi leur vie et leur fait croire aussi qu’ils sont capables d’en faire autant que le réalisateur ou le journaliste reporter d’images ou le politique, l’acteur, le chanteur etc. Enfin, ils jugent tout à l’aune de cet environnement médiocre et speedé, de survol général de tout ce qui est vu, lu ou vécu: événement, info, lecture, rapport aux autres. Au lieu de se faire leur idée en partant, au contraire et comme il semblerait naturel et fructueux, des leçons de leur vie et de leur intuition personnelle.
    Parfois, trop souvent, ils se méfient a priori et rejettent tout en bloc en traitant les autres de naïfs ou d’idéalistes. Ainsi, tout se retrouve mis en doute, banalisé, laminé, dégradé, et finalement sali et jetable.
    Or quoi qu’il en soit de l’impact et de l’étendue de ce mode de vie qu’est devenu le négativisme à tous crins, le scepticisme et le cynisme, la vie n’est pas cela. Quoi qu’on regarde, qu’on entende, qu’on vive, la vie, qui a un sens, une profondeur à chercher en soi, ce n’est pas la superficialité, ni l’apparence, ni l’artificiel. La vraie vie, c’est bien « au-delà »… justement, au-delà de toutes les frontières, au-delà de toutes les limites qu’on s’est fixées soi-même, au-delà de la souffrance, au-delà de ses réactions premières (primaires ?), au-delà de ce qui semble être, au-delà de soi tout seul dans l’univers !
    Alors peut-être que, même si vous avez voulu « accrocher» les spectateurs, peut-être faut-il trouver une manière de le faire qui ne se rapproche pas de celle des émissions de jeu. Et c’ est d’autant plus vrai avec les dernières mésaventures de Pékin Express, le doute général, le fait qu’ on ne sait plus où commence la vérité et où commencent les règlements de compte, sans compter les distinguo que les certains participants là aussi veulent faire entre le jeu-aventure où on risque même sa vie et le jeu-téléréalité confiné dans une île ou un loft.
    Certains appelaient « candidats » les personnes de Kili, alors qu’elles n’en étaient pas. Un candidat l’est pour gagner quelque chose : une élection, un examen, un emploi, un jeu. Dans Kilimandjaro, on est un participant, on s’aide, on collabore on coopère, ce n’est pas une compétition. Et c’est bien là que la majorité trop habituée aux rapports de compétition dans tous les domaines de la vie et depuis leur naissance, a du mal à voir cette coopération quand elle se présente et même du mal à croire en la possibilité et en la vérité de rapports différents.
    Or, c’est pourtant là qu’il faut vous accrocher et continuer, car l’avenir ne sera pas sans cette « nouveauté » qu’est la coopération, la collaboration, la solidarité. C’est cela le nouveau challenge de l’humanité. Personne ne s’en sortira tout seul et d’ailleurs, ce sera, c’est beaucoup plus gai que l’individualisme agressif et desséchant qui lamine et désespère les êtres en ce moment et dont on a usé toutes les facettes jusqu’à la lie. - et l’hallali ! ) -
    En tous cas, MERCI à vous tous, BRAVO et COURAGE !

    Voici le témoignage d’une maman d’un jeune homme, autiste profond, qui résume assez bien la tendance des réactions :
    « Nous avons regardé avec grand intérêt le film sur l'ascension du Kilimanjaro et étions très émus de l'engagement et de la force mentale de tous les participants. Par contre, il nous manquait des informations par rapport à la préparation et la logistique pour la crédibilité, car cela faisait un peu film people". Si jamais tu as plus d'informations cela nous intéresserait beaucoup. Nous, les valides, avons beaucoup à apprendre de la population dite handicapée et notre famille est très bien placée pour le dire. »

    Posté par May, 09 mars 2008 à 12:48 | | Répondre
Nouveau commentaire